Yachting News » Business » ECPY Calls for Urgent Moratorium in France

ECPY Calls for Urgent Moratorium in France

ECPY

You will be aware that yachting is currently undergoing a dramatic time in France. The source of the problem mostly lies in France's decision to apply the provisions of Article 31 of the Social Security Act in isolation, and without consultation, with the Decree published on 9 March 2017.

This has been compounded by a total lack of clarity in the assertions and positions of the French administration which finds itself totally unprepared to apply the texts and unable to answer legitimate questions asked by the yachting community.

What we know is that by 25 August:

  1. French resident seafarers embarked on commercial yachts flying the flag of third states (non-EU), whatever the location of these yachts, will have to be declared to the French state social systems (Enim & Urssaf).

  2. Seafarers embarked on these same yachts, who are non-French residents, who stay more than 90 days in France in commercial operation, will also have to be declared to French state social schemes (Enim & Urssaf).

  3. The immediate consequence of these measures is an increase in insurance costs for these seafarers, which will go up to 45-50% (Urssaf + Enim) compared with 15-20% today (private insurance). This inevitably means lower wages for seafarers and an increase in wage costs for shipowners.

What we don't know:

These are the modalities of application of the new provisions, as the administration itself is unable to answer the questions put to it by the professionals who manage yachts or seafarers:

  1. What are the regulations applicable to private yachts?

  2. What is the definition of the social residence ... and how can it be justified?

  3. What is the situation of seafarers on EU vessels whose countries refuse to apply the European social provisions?

  4. The only answers obtained are the sending of texts which are known without any comments, which is notoriously insufficient!

In light of this situation

At the social level:

French resident seafarers will stay shore and those who have embarkations risk being disembarked. In order to protect the employment of French residents, the State succeeded in preserving the French residents of labour (they had work and now they have none!).

At the economic level:

Shipowners not wanting to run the risk of having to pay social charges in the order of 45-50% (any more than seafarers) ordered their yachts to leave France, which means that this winter there will be significantly less work for French shipyards, artisans and professionals. These decisions have their origins in the texts but also in the vagueness that exists in the regulations and their implementation which results in the inability of the French administrations to answer the questions asked.

We will therefore see French companies facing layoffs, unemployment, bankruptcy...

We are witnessing a disaster both in tems of employment and at the economic level.

ECPY was alerted to this problem several months ago

  • We met with the representatives of the ENIM and URSSAF before the law was voted and drew their attention to the disastrous consequences of the project they had presented to us at the time. As a result of the interview, they drew up a report drawing the attention of their minister to the inevitable dangers in the event of the project is applied to yachting. The minister in question (Madame Ségolène Royale) decided to ignore this report, which had been drawn up by her own services.

  • We participated in the "request of suspension" which was presented to the Council of State, which was unsuccessful since the State Council refused to examine it for allegedly no serious means!!!

  • On August 2, 2017 we met the services of Mrs. BORNE, Minister of Transport, We explained to them that there was urgency to make decisions to save the winter season 2017/2018.

We have asked Mrs Borne for a moratorium until spring 2018 in order to study and put in place regulations in consultation with the countries of the European Union in the Mediterranean in order to avoid any unfair competition. (It would have been desirable for this consultation be have taken place prior to the decisions taken by the French state).

A Moratorium is the only solution for the French Yachting Industry

A moratorium was prevously used by Mr Sarkozy in the 1990s, when he was Chancellor, to suspend the catastrophic effects of EU customs provisions. It provided a was an effective solution.

It is clear that since 2 August 2017, when we met with the Ministry of Transport, no progress has been made; the situation is frozen.

We are blindly headed for a wall!

The various ministries concerned are returning the bullet indicating that an inter-ministerial meeting must take place. The question is when? The necessary decisions must be taken immediately and not in September, it will be too late for the shipyards which will have definitively lost contracts that would sustain them through the winter.

The immediate future of the yachting industry is therefore in the hands of politicians and will depend on the decisions they take. It is up to French politicians to face up to the reality on the ground and assume their responsibilities without delay to avoid an economic disaster. 

NOTE: It is surprising that some organizations claiming to be representative of the yachting industry have spoken out in favour of the provisions adopted unilaterally by the French State which would clearly be catastrophic both in terms of employment and the local economy.

And the icing on the Cake... 

The impact on Fuel/Bunkering

The disorderly and incomprehensible application of Community directives has led to distortions in the price of fuel, particularly between France and Italy. In France, a vessel registered for charter will get supplies of diesel in suspension of VAT at a price of around 1.10 -1.20 € per liter. In Italy, the same vessel will benefit from diesel in suspension of TICPE at a price of about 0.60-0.70 € per liter. France and Italy are subject to the same Community directives which should be applied uniformly within the EU. 

The consequence of this situation for this season is that charter yachts refuel in Italy to the detriment of French fuel suppliers who have seen their figures collapse.
Again ECPY addressed the French State to intervene and to restore fair competition between French and Italian fuel suppliers.

Today, apart from words, we have not seen any improvement or progress.

Yachting

From the beginning, and particularly over the last few decades, yachting has been a highly beneficial activity for France, without any help from public authorities.

Yachting has been actively involved in:

  • The employment of seafarers and shore-based services

  • The creation of a hub of competency unmatched in the world

  • The economy of the French Riviera

  • The balance of national payments (which today is very sick)

It would be unfortunate if these efforts which have created one of the first yachting hubs in the world, and perhaps the first in Europe, were to be wiped out by unfair, incomprehensible measures and a lack of reactivity by the French State.


Thierry Voisin 
ECPY President 

ECPY Office
Quai Infernet
06300 NICE- FRANCE
+33 (0)4 92 00 56 40 / +33 (0)6 27 29 31 36
[email protected] / www.ecpy.org
 

YACHTING EN FRANCE: L'IMPERIEUSE NECESSITE D'UN MORATOIRE 

Vous n'êtes pas sans savoir que le yachting vit des heures dramatiques en France à l’heure actuelle. L'origine des problèmes que le yachting  rencontre réside en majorité dans la décision de la France d'appliquer de façon isolée et sans concertation les dispositions de l'article 31 de la loi de la sécurité sociale avec son décret paru le 9 mars 2017 et les dispositions relevant du pays d’accueil.

Les problèmes que rencontre le yachting relèvent des textes mentionnés ci-dessus, mais également d’un manque total de clarté dans les affirmations et prises de positions de l’administration française qui est totalement impréparée à appliquer les textes  et incapable de répondre aux questions légitimes que se posent les marins et les professionnels du yachting.

CE QUE NOUS SAVONS c’est que le 25 Aout au plus tard :

1/ Les marins résidents français embarqués sur des yachts commerciaux battant pavillon d’états tiers quelques soit la localisation de ces yachts devront être déclarés aux régimes sociaux étatiques français (Enim & Urssaf).

2/ Les marins embarqués sur ces mêmes yachts, non-résidents français, qui séjournent plus de 90 jours en France en opération commerciale devront également être déclarés aux régimes sociaux étatiques français (Enim & Urssaf).

3/ La conséquence immédiate de ces mesures, est une augmentation des charges salariales pour ces marins qui vont passer aux environs de 45-50 % (Urssaf + Enim) contre 15-20 % aujourd’hui (assurances privés). Ce qui signifie inéluctablement une baisse des salaires pour les marins et une augmentation des charges salariales pour les armateurs.

CE QUE NOUS IGNORONS 

Ce sont les modalités d'application des nouvelles dispositions, l'administration elle-même étant incapable de répondre aux questions qui lui sont posées par les professionnels qui gèrent les yachts ou les marins : 

  1. Quelle est la réglementation applicable aux yachts privés?

  2. Quelle est la définition de la résidence sociale... et comment la justifier?              

  3. Quelle est la situation des marins embarqués sur des navires communautaires dont les pays refusent d’appliquer les dispositions Européenne?

  4. Les seules réponses obtenues sont l’envoi de textes qui sont connus sans aucun commentaires, c’est notoirement insuffisant!


FACE A CETTE SITUATION:

Au niveau social:

Les marins résidents français restent sur le quai et ceux qui ont des embarquements risquent à tout moment d'être débarqués. En voulant protéger l’emploi des résidents français, l’Etat a réussi à préserver les résidents français du travail (ils en avaient, ils n’en ont plus !)

Au niveau économique:

Les armateurs ne voulant pas courir le risque d’avoir à payer des charges sociales de l'ordre de 45-50 % (pas plus que les marins) ont donné ordre aux yachts de quitter la France, ce qui signifie que cet hiver il n’y aura pas de travaux aux plannings des chantiers, artisans et professionnels français. Ces décisions trouvent leurs origines dans les textes mais tout autant dans le flou qui existe dans la réglementation et sa mise en œuvre qui se traduit par l'incapacité des administrations françaises à répondre aux questions posées.

Nous allons donc assister dans les entreprises françaises à des licenciements, du chômage, des dépôts de bilan…

On est donc en train d’assister à un désastre au niveau de l’emploi et au niveau économique.

ECPY S’EST SAISI DE CE PROBLEME IL Y A DEJA PLUSIEURS MOIS

1/ Nous avons rencontré les représentants de l'ENIM et de l'URSSAF avant que la loi soit votée et avons attirés leur attention sur les conséquences désastreuses du projet qu'ils nous avaient présenté à l’époque. Suite à cette entrevue, ces derniers ont rédigé un rapport attirant l'attention de leur ministre sur les dangers inévitables en cas d'application du projet au yachting.
Le ministre en question (Madame Ségolène Royale) a décidé d'ignorer ce rapport pourtant établi par ses propres services.

2/ Nous avons participé au "référé de suspension" qui a été présenté au conseil d’état, qui n'a pas abouti puisque le conseil d’état a refusé de l’examiner pour prétendument absence de moyen sérieux !!!

3/ Le 2 août 2017 nous avons rencontré les services de Madame BORNE, ministre des transports, Nous leur avons expliqué qu'il y avait urgence à prendre des décisions pour sauver la saison d’hiver 2017/2018.

Nous avons réclamé aux services de Madame Borne, un moratoire jusqu’au printemps  2018 afin d'étudier et de mettre en place une réglementation applicable en concertation avec les pays de l'union européenne méditerranéenne et ainsi éviter toutes concurrences  déloyales (Il aurait été souhaitable que cette concertation soit faite préalablement  aux  décisions prises par l'état français ).

LE MORATOIRE EST LA SEULE SOLUTION POUR RAMENER LA SERENITE NECESSAIRE DANS L’INDUSTRIE DU YACHTING FRANCAIS

Un moratoire a déjà été utilisé par Monsieur Sarkozy dans les années 90, lorsqu'il était ministre du budget, pour suspendre les effets catastrophiques de dispositions communautaires douanières, cela a fonctionné, c’est donc une solution qui a prouvé son efficacité.

Force est de constater que depuis le 2 Aout 2017, (date de notre rencontre avec le ministère des transports), aucun progrès n’est fait, la situation est figée ; nous allons allègrement dans le mur !

Les différents ministères concernés se renvoient la balle indiquant qu’une réunion interministérielle doit avoir lieu. La question est de savoir à quelle date. Les décisions qui s’imposent doivent être prises immédiatement et non pas au mois de septembre, il sera alors trop tard notamment pour les chantiers qui auront définitivement perdus les contrats qui devaient les alimenter pendant l’hiver. L’avenir immédiat du yachting est donc aujourd’hui dans les mains des hommes politiques et dépend des décisions qu’ils vont prendre.

Il ne reste plus qu’aux hommes politiques français de prendre leurs responsabilités sans tarder afin d’éviter un désastre économique et de prendre conscience de la réalité du terrain.

NOTA

Par ailleurs, on ne peut s'étonner que certaines organisations qui se prétendent représentatives de l’industrie du yachting se soient prononcés en faveur des dispositions arrêtées de façon unilatérales par l'état français et qui mènent le yachting à sa perte, et prive les marins résidents français d’emploi.

La Cerise sur le Gateau

Dans le domaine des carburants:

Les directives communautaires sont appliquées de façon désordonnées et incompréhensibles. Cela abouti à des distorsions dans le prix des carburants notamment entre la France et l’Italie.En France, un navire enregistré au commerce et qui pratique le charter va s’approvisionner en gasoil en suspension de TVA à un prix de l’ordre de 1.10 -1.20 € le litre. En Italie, le même navire va bénéficier de gasoil en suspension de TICPE à un prix d’environ 0.60-0.70€ le litre.

La France et l’Italie sont soumis aux mêmes directives communautaires qui devraient être appliquées de façon uniforme à l’intérieur de l’UE.

La conséquence de cette situation pour cette saison est que les navires enregistrés au commerce et pratiquant le charter se sont approvisionner et continuent de s’approvisionner en Italie en gasoil au détriment des distributeurs de carburant français qui ont vu leur chiffre s’effondrer.

Là encore, ECPY s’est adressé à l’Etat français pour qu’il intervienne et que soit rétabli une concurrence loyale entre les distributeurs de carburant français et italien.
Force est de constater qu’aujourd’hui à part des bonnes paroles nous n’avons enregistré aucune amélioration ou progrès.

Le Yachting   

Le yachting a été depuis le début et particulièrement dans les dernières décennies une activité des plus bénéfique pour la France. Sans jamais bénéficier de l’aide des pouvoirs publique. Le yachting a participé de façon active à :

  • L’emploi tant au niveau des marins qu’au niveau des services à terre

  • La création d’un pôle de compétence inégalé dans le monde

  • L’économie de la Côte D’Azur

  • La balance des paiements (qui aujourd’hui est bien malade) 

Il serait regrettable de voir ces efforts qui ont abouti à créer un des premiers pôles du yachting dans le monde et peut-être le premier en Europe être anéanti par des mesures inéquitables, incompréhensible, et par un manque de réactivité de l’Etat français.
 
Thierry Voisin 
Président ECPY 

ECPY Office
Quai Infernet
06300 NICE- FRANCE
+33 (0)4 92 00 56 40 / +33 (0)6 27 29 31 36
[email protected] / www.ecpy.org


Post your comment

You cannot post comments until you have logged in.

Login to post a comment

Comments

No one has commented on this page yet.

RSS feed for comments on this page | RSS feed for all comments

 

x

Search articles with keywords